Barbizon, village des peintres

Barbizon est un village confortablement niché contre la lisière occidentale de la forêt de Fontainebleau. Flânez dans les rues pavées et poussez la porte des petites boutiques et des galeries d’art !

Barbizon est un des endroits mythiques de la peinture pré-impressionniste en France. Dès 1830, ce qui était encore un hameau de bûcherons accueillera en effet à l’auberge Ganne, tous les peintres qui viennent chercher l’inspiration auprès de la nature intacte. Plus tard, ils partagent leurs séjours entre Barbizon et Chailly-en-Bière, trouvant leurs sujets dans la campagne ou la forêt de Fontainebleau toute proche, peignant sur le motif.

Un village d'artistes

Vers 1820, Edmée et François Ganne installent leur épicerie dans le hameau de Barbizon. En 1827, Jean-Baptiste Camille Corot découvre ce village et ouvre la voie à d’autres peintres dont Théodore Rousseau et Jean-François Millet.

Une génération de jeunes artistes décide de peindre la nature « sur le motif », de sortir de leurs ateliers et de travailler in situ à l’instar des deux grands précurseurs anglais que furent John Constable et Turner.

L’invention du tube de peinture, qui offre la liberté de peindre où et quand on veut, les refus d’exposer les « naturalistes » dans les salons parisiens, le climat politique, l’épidémie de choléra, l’exceptionnelle lumière et la richesse des sujets du lieu : tout cela conforte bon nombre d’artistes à s’éloigner de la capitale et à venir « rafraîchir leur palette » à la campagne…

L’épicerie–auberge des Ganne devient le point de ralliement de toute une joyeuse équipée « les peint’à Ganne » qui va transformer l’avenir du hameau de Barbizon. Dès 1845, certains artistes viendront régulièrement, d’autres s’installeront définitivement comme Théodore Rousseau, Jean-François Millet, Narcisso Diaz de la Peña, Ferdinand Chaigneau, etc. De 1830 à 1875, des centaines de peintres, sculpteurs (français et étrangers), écrivains, journalistes, noms de la scène théâtrale parisienne, politiciens se retrouveront, se croiseront, séjourneront, vivront à Barbizon ! Cette « première époque » se terminera par la fermeture de l’Auberge Ganne, au profit de la Villa des Artistes et de l’hôtel de l’Exposition fondé en 1867 par Emmanuel Siron, un marchand de bois et de charbon (Hôtel Siron, aujourd’hui baptisé : « Le Bas Bréau »), et la mort de Jean-François Millet en 1875.

D’autres artistes de toutes disciplines et de renom continueront de fréquenter Barbizon : Antoine Barye, Bazille, Rosa Bonheur, Karl Bodmer, Joseph Coignet, Charles-François Daubigny, les Dupré, Georges Jean-Baptiste Gassies, Nicolae Grigorescu, Charles Jacque, Karl Larsson, Ladislas de Paal, Camille Paris, Alfred Sisley, Robert-Louis Stevenson et Lady Osbourne, Constant Troyon, Félix Ziem, et bien d’autres…

Au fil des années, divers commerces s’implanteront : galeries d’art, ateliers, hôtels et restaurants.

Les musées

Le Musée des Peintres de Barbizon

Le Musée des Peintres de Barbizon est installé dans deux lieux historiques : l’auberge Ganne, où ont séjourné entre les années 1820 et les années 1860 de nombreux artistes venus trouver leur inspiration dans la nature environnante et la maison-atelier de Théodore Rousseau, où ce grand artiste a vécu les vingt dernières années de sa vie.

Après un mini film qui présente les peintres de l’École de Barbizon, les visiteurs découvrent les salles du rez-de-chaussée, salles à manger et épicerie. Les meubles et panneaux décorés par les artistes et les objets du quotidien ont été replacés restituent l’atmosphère du lieu au temps des « Peint’à Ganne », comme les appelaient familièrement à l’époque les habitants du village.

Dans cette auberge, vous pourrez notamment admirer la fresque sur bois, oeuvre collective de Théodore Rousseau, Narcisse Diaz, Celestin Nanteuil et Louis Godefroy Jadin.

Le Musée Jean-François Millet

Le Musée Jean-François Millet se situe dans la rue Grande à Barbizon. Maison du peintre, chef de file de l’école de Barbizon, l’Atelier Jean-François Millet n’a d’autre ambition que celle qui fait son charme : ouvrir au public l’endroit où a vécu et travaillé l’un des peintres français les plus illustres. En effet, les œuvres de Millet sont connues dans le monde entier, notamment l’Angélus et les Glaneuses.

Découvrez également le Sentier Robert Louis Stevenson

Le Bureau d’Information Touristique de Barbizon

 Cliquez-ici pour obtenir les coordonnées et horaires

Comment s’y rendre ?

De Paris, vous pouvez venir à Barbizon via la A6B, A6, D637 et direction N37 Fontainebleau.

Préparez votre itinéraire pour venir à Barbizon !

Suggestions